JAPPOO-SENEGAL

Copyrigth© JAPPOO-SENEGAL 2009&2017

Santé

Les soins sont assurés par le poste de santé de la zone qui est situé à Ndiob, dépendant du district sanitaire de Fatick.

Beaucoup de malades consultent les centres de médecine traditionnelle (tradi-praticiens du centre Malango)

De construction récente, (2006) il est équipé sommairement.

Son personnel se résume à un infirmier et 5 salariées (matrones) ceci pour une population de 17000 habitants!

Les urgences comme les grossesses problématiques sont transférées à l'hôpital de Djourbel distant de 15km (en charrette ou en taxi).

Pour faciliter ces transferts, les usagers se sont mobilisé, avec les diverses autorités locales, L'ONG World Vision, et Jappoo Senegal, tous ont apporté leur contribution à l'achat d'une ambulance qui se révèle indispensable.

Une trentaine d'accouchements par mois sont effectués sur place, l'hospitalisation dure 2 jours en moyenne. Jappoo a financé 2 lits pour le centre.

L'allaitement dure 2 années. Jappoo fournit actuellement une farine infantile fabriquée au Sénégal composée de mil, soja et arachide (farine Misola: www.misola.fr) dans le but d"améliorer la nutrition des jeunes enfants.

Médicaments de base et produits désinfectants sont également fournis en complément de la dotation normale

Les maladies soignées sont dans l'ordre: le paludisme (malaria): 35% des consultations, les diarrhées et les maladies respiratoires.

Le choléra est présent de temps à autre dans la région.

LE PALUDISME/ MALARIA

Une maladie parasitaire potentiellement mortelle transmise par des moustiques.

La maladie parasitaire la plus répandue dans le monde.

1 million cinq cent mille cas au Sénégal.

30% des décès d'enfants au Sénégal.

10 nouveaux cas par seconde en Afrique sub-saharienne.

3000 décès par jour en Afrique sub-saharienne.

300 - 500 millions de cas cliniques par an,

12 milliards de dollars de manque à gagner dans le PIB de l’Afrique.

La mort de plus d’un million de personnes par an, dont 90 % en Afrique subsaharienne.

La mort d’un enfant africain de moins de cinq ans toutes les 30 secondes.

Une des principales causes de mortalité périnatale, de faible poids à la naissance et d’anémie chez les mères.

40 % des dépenses publiques de santé

Un risque pour environ 40 % de la population mondiale habitant dans les pays les plus pauvres du monde.

30 à 50 % des admissions dans les hôpitaux et pas moins de 50 % des consultations externes dans les zones de forte transmission.